Les fantômes virtuels

« Partir, c’est mourir un peu », chantait Yves Montant. Etre sur Facebook, ça peut être ne mourir qu’un peu répond La Liberté.
Oui, les réseaux sociaux d’Internet comme Facebook ne s’arrêtent pas avec la vie. Le quotidien s’intéresse, à son tour, à cette « déviation facebookienne ». Il y a aurait quatre millions de fantômes sur Facebook, au grand désarroi des proches d’internautes décédés qui continuent parfois une existence cybernétique sur la Toile. Des clones de « Betteljuice », le personnage du film de Tim Burton en moins exubérants.

Témoignages recueillis par Nicolas Maradan comme celui de cette femme qui continue de voir apparaître le nom de la soeur d’un ami, décédée il y a trois ans… Ou cette habitante de Fribourg qui a constaté que le profil d’un ami récemment disparu est toujours accessible à travers le réseau social. Une situation résumée par cette formule sortie de l’imagination du dessinateur de la Liberté: « les paroles s’envolent les profils restent. MDR ». Hanter le Web, c’est un état d’esprit.

Face à ces tendances, les réseaux sociaux, Facebook en tête, ont compris l’importance de gérer aussi la « mort virtuelle » de leurs utilisateurs. Avant de s’occuper de l’au-delà, Internet lorgne du côté de la médecine. Et là, nous explique l’enquête d’Anne-Muriel Brouet dans 24Heures,  Internet n’a pas encore détrôné le médecin.

Si, à la moindre égratignure, sept Suisses sur dix se ruent sur la Toile, le praticien est loin d’être tombé de son piédestal. Bref, face à un problème de santé, 90 % des gens se tournent vers leur médecin et seulement 17 % font confiance à internet. Néanmoins, à l’heure où la télé-consultation se généralise, le lien avec Internet devient de plus en plus étroit.
La pratique de la médecine en ligne qui vient d’être autorisée en France est déjà en vigueur en Suisse où le domaine est en pleine expansion.

 Tiré de la Revue de presse

Publicités

Raccourcis clavier

 

Je veux vous présenter un petit site très sympa. Il s’agit d’une base de données de raccourcis clavier pour une multitude d’applications/programmes. Certes les géants Microsoft, Adobe et Google y sont les plus représentés mais les Mozilla, Netscape, Yahoo, WordPress… ne manquent pas à l’appel non plus. L’avantage ici est d’avoir tout ce bon nombre de raccourcis réunit en un seul lieu, disponibles par simple clic ou à travers une petite recherche par catégories et/ou plate-forme.
Une mine d’or de plus à explorer/exploiter.

C’est par ici : http://www.keyxl.com/

Enquête : ados et sms

Devant même le simple coup de fil, le SMS est devenu le moyen de communication privilégié des adolescents, la moitié d’entre eux envoyant au moins 50 textos par jour, soit 1500 SMS par mois, selon une enquête américaine publiée en avril 2010.

Les trois-quarts des adolescents américains âgés de 12 à 17 ans ont désormais un téléphone portable contre 45% en 2004 et 72% d’entre eux « textent » contre 51% en 2006.

Deux tiers des adolescents affirment en outre que pour communiquer avec leurs amis ils préfèrent le SMS plutôt qu’un coup de fil, selon une enquête du Pew Research Center.

Une large majorité des adolescents (54%) utilisent les SMS quotidiennement et une bonne moitié affirment envoyer au moins 50 textos par jour, ce qui revient à 1.500 SMS par mois.

Un jeune sur trois envoie 100 SMS par jour, soit 3000 par mois et 14%, soit un sur sept, tapotent sur leur portable au rythme de 6000 SMS par mois soit 200 par jour.

Les filles sont encore plus portées sur les SMS que les garçons: 80 messages sont reçus et envoyés chaque jour pour les filles en moyenne contre 30 pour les garçons. 59% des filles vont envoyer un SMS juste pour « dire bonjour » quand 42% des garçons le font.
Il reste un cinquième d’adolescents aux Etats-Unis qui demeurent réfractaires aux SMS, 22% d’entre eux n’en envoyant qu’1 à 10 par jour.

Face à l’invasion du portable, 64% des parents affirment regarder le contenu du téléphone de leurs enfants et 62% l’ont parfois confisqué à titre de punition.

Même si 62% des adolescents reconnaissent que le portable est interdit en classe, 64% affirment avoir envoyé des SMS pendant des cours.

Pour un cinquième des adolescents, notamment ceux appartenant aux milieux les plus démunis, le téléphone portable est le seul moyen d’avoir accès à l’internet même si l’accès est plus cher.

Dans une vaste majorité des cas, ce sont les parents qui paient la facture du téléphone portable.

Au volant, plus de la moitié (52%) des 16 à 17 ans qui ont un portable et sont autorisés à conduire dès cet âge, reconnaissent parler au téléphone en conduisant.

(Source : 24heures)

Comment optimiser une réunion

Attention aux débordements !

Comment éviter que votre réunion ne soit assujettie aux digressions parfois conflictuelles ? Les conseils de Catherine Sandner, consultante en communication.

Consultante et formatrice en communication, ancienne chef d’entreprise, Catherine Sandner a souvent eu l’occasion d’animer des réunions de bilan d’activité hebdomadaires, le plus souvent en petit comité. Elle livre son expérience, illustrée par quelques anecdotes et conseils, utiles aux néophytes.

La préparation en amont est importante. « Je ne conçois pas d’animer une réunion sans l’avoir au préalable bien préparée. Je définis l’ordre du jour, note les éléments incontournables que je ne dois pas oublier de citer, rassemble les éléments indicatifs et quantitatifs utiles pour nourrir les objections éventuelles des participants, prépare le paperboard qui me servira à présenter physiquement l’ordre du jour. »

S’en tenir aux sujets de la réunion. « Je pense qu’il est important dès le départ, d’obtenir l’accord des participants sur l’ordre du jour – ce qui les met généralement en confiance – et de s’y tenir. C’est là le rôle de l’animateur. Plus que le contenu de la réunion et la faculté à le présenter, son vrai défi est de pouvoir recentrer la réunion sur les objectifs de sa tenue. Cela permet d’éviter les débordements. »

Chronologie. « Généralement, je commence une réunion par des éléments anecdotiques et urgents à traiter, puis j’enclenche sur les gros sujets dont je sais qu’ils nécessiteront du temps pour être discutés. »  

Révélateurs. « La réunion sert aussi parfois de révélateur. Il n’est pas rare qu’y éclate un conflit larvé entre deux personnes. On les découvre alors sous leur vrai jour et on assiste parfois à des comportements complètement infantiles. Il est aussi assez courant qu’une personne profite de la tenue d’une réunion pour annoncer son départ. Selon les cas, on discute devant tout le monde de la raison de cette démission, quitte à reporter l’ordre du jour. C’est souvent le cas dans de petites sociétés où chacun est très impliqué. Mais si la discussion n’est pas appropriée, bien souvent à cause des personnes présentes, j’invite le participant à quitter la réunion et à entrer directement en contact avec le! patron de la société. »

C’est bientôt la rentrée !

Je vous rappelle les cours qui reprennent dès le mois de septembre :

COURS D’APPUI AUX DEVOIRS  –  SOUTIEN SCOLAIRE (français)

But des cours :  améliorer et maîtriser les connaissances de base en français, développer ses capacités d’apprendre à apprendre, développer sa confiance en soi et son autonomie.

Tarif :
Fr. 25.–/ heure (je me déplace à domicile dans la région lausannoise).
Horaires :
mercredi de 18h00 à 20h00
samedi de 10h00 à 12h00 ou de 14h00 à 16h00

COURS D’INFORMATIQUE POUR SENIORS (adultes)

Initiation et formation aux nouvelles technologies.

Tarif :
Fr. 30.–/ heure (je me déplace à domicile dans la région lausannoise).
Horaires :
en fonction des disponibilités

Pour tout complément d’information : workingirl63-cours@yahoo.com

Petite pause estivale

Je ne suis pas bien loin…. je fais juste un petit break…

A bientôt !

Application iPhone

Tiger Woods a «son» application pour maris volages

« Mon petit chat des Andes, je rêve de te retrouver sous ta douche chaude et humide, mais mon imbécile de femme ne me laisse pas une seconde de tranquillité… Love, lol et xxx! Ton Raymond. » Imaginez la catastrophe pour le fringant Raymond si l’imbécile de femme en question venait à tomber sur ce SMS. Pour sûr, il aurait droit – au bol – à quelques coups de club de golf sur son 4×4 flambant neuf, un avocat aux fesses et, pour peu qu’il soit connu, sa mine dépitée en une de tous les journaux-sites-télévisions-sigaux-de-fumées.

Prenez Tiger Woods, par exemple (et forcément par hasard…). Lui qui a vu toutes ses maîtresses prouver les infidélités de l’ex-gendre idéal en vendant très cher les chauds SMS du lapin golfeur à la presse américaine. Lui qui est passé à deux tees du divorce et du retrait de permis, qui a dû passer des jours en cure de désintox, qui… S’il avait payé les 2$50 que coûtent l’application iPhone lancée par Jeffrey Evans, il aurait pu continuer joyeusement à culbuter tout ce qui bouge.

Le principe? Le programme permet de programmer l’effacement des SMS envoyés, sur la boîte du destinataire mais aussi sur celle de l’émetteur. Et lorsqu’on demande à l’heureux créateur si le nom de l’application – Tiger Text – est un hommage au roi des greens, lui parle de simple coïncidence (son produit existait avant le scandale). Forcément.

(Source : 24heures)