Archives de Catégorie: Projets

Virtualisez votre bureau

Si vous maîtrisez l’organisation de vos informations, une astuce est de “virtualiser” votre bureau. C’est le stade suprême très adapté aux personnes qui changent souvent d’ordinateur ou qui partagent des informations avec des collègues et collaborateurs.

A ce propos, Google propose 3 outils exceptionnels qui remplacent tout logiciel que vous utilisez au jour le jour :

L’utilisation de ces outils donne plusieurs avantages en terme d’organisation et de productivité au travail:

  • En plus de l’organisation par dossiers et par noms, vous pouvez associer des mots-clés (tags) à vos informations. C’est encore plus facile de les retrouver ensuite.
  • Il est possible de partager vos informations en un clic, aux personnes de votre choix.
  • Vous pouvez créer un document en ligne, le sauvegarder en ligne, puis le télécharger au format de votre choix : Word, Open Office, PDF, Excel, Outlook, …
  • Si vous changez régulièrement d’ordinateur : tout est sur Internet.
  • Vous bénéficiez de la puissance du moteur de Google pour retrouver vos documents.

Seule condition : avoir Internet en connexion haut débit.

Publicités

Consulting

 

Se lancer dans le conseil en indépendant peut être très tentant : responsabilités, autonomie… Toutefois, il ne faut pas minimiser les difficultés, surtout lors des premiers mois.

La définition d’une offre de conseil, tout comme la création d’une entreprise, se mûrit. Donc pour assurer la pérennité de son activité, mieux vaut prendre son temps avant de se lancer. 

Pendant ce temps de réflexion, se faire encadrer par des professionnels du métier (formateurs, coachs ou consultants) permet également d’apprendre plus rapidement les bonnes pratiques et d’éviter un certain nombre d’erreurs. 

En outre, une fois le projet élaboré, il est indispensable de le faire valider par une ou deux missions qui serviront de test. Un projet excellent sur le papier peut en effet révéler des failles une fois mis en application. Ces essais permettront donc de le valider ou de le retravailler si besoin.

Cibler une offre porteuse

Avant de déterminer son offre, il faut connaître le marché auquel on s’adresse ainsi que ses besoins, sans quoi vous risquez de vendre des services dont personne n’a de réelle utilité.

Un conseil : faire sa propre étude de marché. Pour cela, « il faut délimiter un panel de prospects très ciblé à interroger. A l’issue de ces rencontres, il faut arriver à avoir une idée très précise du client. Une fois connaissance faite avec le marché, on peut déterminer les prestations à valeur ajoutée.

Ensuite, il faut recenser ses compétences et cibler un créneau plutôt étroit. Offrir une diversité de prestations peut être tentant mais mieux vaut opter pour une stratégie de prudence et de crédibilité vis-à-vis du client. Il sera en outre plus difficile d’obtenir des références sur un nombre élevé de services.

Fixer un tarif raisonnable

Se pose ensuite la question du tarif à appliquer. Il va varier en fonction de la prestation, plus ou moins pointue et individualisée, mais également en fonction des caractéristiques des entreprises clientes et de sa propre notoriété.

Enfin, il faut savoir que les prix acceptés par l’administration publique sont généralement bas et fixés par les appels d’offres.

Si cette esquisse de grille tarifaire incite à privilégier les entreprises de grande taille, il faut se méfier car la concurrence y est particulièrement forte. Il est en outre plus délicat de s’introduire dans un groupe pour une première collaboration sans avoir déjà un contact.

Ne pas négliger la prospection

Une des difficultés du métier réside dans la nécessité de s’astreindre, par soi-même, à des tâches peu attrayantes. A la différence du travail en entreprise, le consultant est tout seul pour gérer son temps.  Pour ne pas laisser s’empiler les factures ou négliger les relances par courrier, il faut se fixer des plannings très serrés. Cela permet à la fois d’organiser son travail mais aussi de prévoir des plages horaires dédiées aux tâches les moins plaisantes.

Parmi celles-ci, la prospection est souvent redoutée par les consultants indépendants. Pourtant, « après l’euphorie des premiers contrats obtenus, il ne faut pas relâcher son activité commerciale car, au bout de six mois à un an, il y aura besoin de réamorcer la pompe ».  D’où l’importance de contacter de nouveaux prospects de façon régulière. « Au début, un consultant doit dédier 40 % de son temps au commercial. Ensuite, en régime de croisière, on peut réduire ce temps de moitié. » Se fixer des objectifs chiffrés, en termes de temps et de résultats, permet également d’entretenir la motivation. « Il est toutefois important que ces objectifs soient réalisables, sinon ce n’est qu’une source de découragement ».

Par ailleurs, il est déconseillé d’externaliser complètement l’activité commerciale. « Rencontrer le client fait partie du métier. Un consultant progressera moins vite s’il ne fait pas cet effort. Sans compter que c’est prendre le risque d’être dépendant de certaines structures. »

Construire un réseau

C’est non seulement un bon moyen de développer son activité mais également de limiter l’isolement. Les associations de consultants (syndicats professionnels ou associations régionales) permettent d’échanger avec d’autres professionnels. « Des réseaux affinitaires se créent également naturellement entre consultants d’un même secteur d’activité. » Rencontres lors de missions, anciens collègues, confrères de formation : il ne faut pas laisser passer les occasions de tisser de nouveaux liens professionnels ou amicaux.

Il est également possible de travailler avec des partenaires, « trois à cinq consultants avec lesquels on va pouvoir mutualiser l’action commerciale ». Une organisation psychologiquement très appréciable et qui permet d’élargir son offre et d’envisager de nouveaux prospects, à condition de choisir des coéquipiers avec des activités complémentaires à la sienne.

Et si vous ne vous sentez pas prêt à franchir le pas, le portage salarial est souvent mis en balance avec l’indépendance. « Il peut servir de transition pour un certain nombre de personnes. » Entre six mois et deux ans de portage permettent de se tester, de débuter en bénéficiant d’une structure mais tout en restant plus indépendant que dans un cabinet. « Le portage permet d’acquérir progressivement de l’autonomie tout en prenant confiance en soi. »

Comment optimiser une réunion

Attention aux débordements !

Comment éviter que votre réunion ne soit assujettie aux digressions parfois conflictuelles ? Les conseils de Catherine Sandner, consultante en communication.

Consultante et formatrice en communication, ancienne chef d’entreprise, Catherine Sandner a souvent eu l’occasion d’animer des réunions de bilan d’activité hebdomadaires, le plus souvent en petit comité. Elle livre son expérience, illustrée par quelques anecdotes et conseils, utiles aux néophytes.

La préparation en amont est importante. « Je ne conçois pas d’animer une réunion sans l’avoir au préalable bien préparée. Je définis l’ordre du jour, note les éléments incontournables que je ne dois pas oublier de citer, rassemble les éléments indicatifs et quantitatifs utiles pour nourrir les objections éventuelles des participants, prépare le paperboard qui me servira à présenter physiquement l’ordre du jour. »

S’en tenir aux sujets de la réunion. « Je pense qu’il est important dès le départ, d’obtenir l’accord des participants sur l’ordre du jour – ce qui les met généralement en confiance – et de s’y tenir. C’est là le rôle de l’animateur. Plus que le contenu de la réunion et la faculté à le présenter, son vrai défi est de pouvoir recentrer la réunion sur les objectifs de sa tenue. Cela permet d’éviter les débordements. »

Chronologie. « Généralement, je commence une réunion par des éléments anecdotiques et urgents à traiter, puis j’enclenche sur les gros sujets dont je sais qu’ils nécessiteront du temps pour être discutés. »  

Révélateurs. « La réunion sert aussi parfois de révélateur. Il n’est pas rare qu’y éclate un conflit larvé entre deux personnes. On les découvre alors sous leur vrai jour et on assiste parfois à des comportements complètement infantiles. Il est aussi assez courant qu’une personne profite de la tenue d’une réunion pour annoncer son départ. Selon les cas, on discute devant tout le monde de la raison de cette démission, quitte à reporter l’ordre du jour. C’est souvent le cas dans de petites sociétés où chacun est très impliqué. Mais si la discussion n’est pas appropriée, bien souvent à cause des personnes présentes, j’invite le participant à quitter la réunion et à entrer directement en contact avec le! patron de la société. »

C’est bientôt la rentrée !

Je vous rappelle les cours qui reprennent dès le mois de septembre :

COURS D’APPUI AUX DEVOIRS  –  SOUTIEN SCOLAIRE (français)

But des cours :  améliorer et maîtriser les connaissances de base en français, développer ses capacités d’apprendre à apprendre, développer sa confiance en soi et son autonomie.

Tarif :
Fr. 25.–/ heure (je me déplace à domicile dans la région lausannoise).
Horaires :
mercredi de 18h00 à 20h00
samedi de 10h00 à 12h00 ou de 14h00 à 16h00

COURS D’INFORMATIQUE POUR SENIORS (adultes)

Initiation et formation aux nouvelles technologies.

Tarif :
Fr. 30.–/ heure (je me déplace à domicile dans la région lausannoise).
Horaires :
en fonction des disponibilités

Pour tout complément d’information : workingirl63-cours@yahoo.com

Stratégie Web Marketing

Un exemple puissant à étudier.

J’aimerais que vous jetiez un coup d’oeil ici : http://www.theinterviewwithgod.com/ et cliquez sur view presentation.

Il y a un petit show en FLASH qui a dû faire plusieurs fois le tour de la planète.

Allez y jusqu’au bout et tentez de percevoir la stratégie du site.

Ensuite, je vous invite à essayer d’imaginer ce qu’a rapporté ce petit flash à son auteur !

P.S. si, comme moi, vous ne maîtrisez par trop l’anglais, je vous assure que vous pouvez comprendre le sens des phrases. Autrement, vous pouvez toujours faire traduire quelques mots par Google ou par vos amis.

La cohésion d’équipe

« La cohésion ne se décrète pas. Elle repose sur le partage d’un projet, de priorités et de valeurs communes. »

Le cohésion d’équipe constitue bien souvent une réponse à un dysfonctionnement. Pourtant, si l’impact de la cohésion de l’équipe sur son niveau de performance est indiscutable, les remèdes, eux, sont beaucoup discutés : la notion de cohésion d’équipe est plus complexe à définir qu’il n’y parait et les méthodes imaginées pour la créer ou l’entretenir sont parfois fantasques et inefficaces.

Construire une équipe, mettre un groupe en cohésion n’implique pas d’obliger chaque équipier à sauter d’un pont accroché à un élastique. Cela consiste avant tout à mettre l’ensemble des membres de l’équipe en accord profond (convictions) avec le but à atteindre, les priorités à servir et les actions à mettre en oeuvre et à piloter chaque jour.

Et vous, votre avis… ?

3 façons simples de créer un e-book

Il y a des formes d’e-books plus ou moins simples à réaliser.

Pour beaucoup d’auteurs débutants, la première difficulté est de commencer à rédiger un e-book. Voici 3 façons simples de réaliser un e-book sans trop se prendre la tête par les difficultés rédactionnelles.

Interviewer un spécialiste

Quand on ne connaît pas très bien le domaine ou la niche que l’on a détecté, il est difficile d’écrire soi même un e-book. En plus, un problème de crédibilité se pose puisque personne ne vous connaît et vous n’avez pas d’antécédents. Un moyen simple est de trouver un spécialiste qui connaît bien le domaine et lui proposer de réaliser une interview. Evidemment c’est donnant-donnant. Essayez de deviner ses centres d’intérêt et proposez lui d’en satisfaire au moins un. Par exemple : 1) Publicité dans votre e-book ; 2) Lien vers son site ; 3) Une part des bénéfices ; 4) Droits de revente du produit final.

Exemples

Interviewer un agent immobilier et lui extraire les secrets de la vente ou de l’achat d’une maison.

Interviewer un psychologue pour des conseils sur « comment réussir sa vie de couple ». Interviewer un fiscaliste sur les divers moyens de payer moins d’impôts.

Interviewer un courtier sur les secrets de la réussite en bourse.

Interviewer un entrepreneur sur les techniques de management, de négociation, de motivation du personnel… On peut trouver les spécialistes en consultant les auteurs de livres ou en feuilletant les revues spécialisées contenant des interviews ou des contributions d’auteurs. Enregistrez votre interview sur cassette ou sur un MP3 et vous avez 2 produits. Une version papier et une version audio qui peut se vendre beaucoup plus cher.

Une check-list

Si vous connaissez votre domaine, mais vous ne vous sentez pas encore très à l’aise pour écrire, alors faites une check-list. Les gens adorent les check-lists. Ce sont des listes d’actions qui décrivent étape par étape comment réaliser quelque chose. Commencez par lister une à une toutes les actions à réaliser. Re-vérifiez l’ordre des actions puis, pour chacune d’elles, insérez un ou deux paragraphes pour décrire ce qu’il faut faire.

Exemples

Check-liste pour organiser une exposition.

Check-liste pour organiser une conférence.

Check-list des vérifications à faire avant de mettre en vente une maison.

Check-list pour organiser une réunion.

Check-list pour réussir un bon départ en vacances (ou en camping).

Check-list pour créer une Sàrl.

Liste de ressources

Encore plus simple à réaliser. C’est une liste de ressources ou d’outils ou d’adresses que vous pouvez recommander à quelqu’un qui cherche une solution à un problème. On voit souvent sur e-bay se vendre des listes de grossistes.

Exemples

Une liste de prestataires de services (communication, imprimerie, informatique).

Une liste des meilleurs dentistes de votre ville.

Une liste d’outils ou script pour webmaster.

Une liste de niches commerciales.

Une liste d’idées de produits pour entreprendre.

Une liste d’accroches publicitaires.

Une liste d’hôtels ou restaurants à thème d’une certaine ville.

Une liste de coachs pour entrepreneurs, ou cadres supérieurs.

Maintenant, c’est à vous de jouer !

(Source : Internet)