Archives de Catégorie: Astuces

Ecrire avec des polices personnalisées

Fontself Creator, une application gratuite permettant d’envoyer des e-mails et de publier des messages sur les réseaux sociaux avec sa propre écriture.

Créée en 2008, la start-up Fontself (www.fontself.com) veut humaniser l’écriture sur ordinateur. Il met en ligne un créateur de fonte typographique gratuit pour permettre aux internautes d’avoir leur propre police de caractères qui s’approche de leur écriture manuelle. Le programme est aujourd’hui utilisable uniquement sur internet.

Pour obtenir sa propre police en ligne, il suffit de dessiner son alphabet sur un modèle imprimé, le scanner et l’importer dans le Fontself Creator. Ensuite, Fontself s’occupe du reste. L’écriture s’affiche ensuite instantanément à l’écran en tapant son message sur le clavier. «La technologie développée a le potentiel de faire évoluer la manière dont nous nous exprimons sur le Web», met en avant Franz Hoffman, co-fondateur de Fontself.

Source : 24heures et 20minutes

Publicités

Raccourcis clavier

 

Je veux vous présenter un petit site très sympa. Il s’agit d’une base de données de raccourcis clavier pour une multitude d’applications/programmes. Certes les géants Microsoft, Adobe et Google y sont les plus représentés mais les Mozilla, Netscape, Yahoo, WordPress… ne manquent pas à l’appel non plus. L’avantage ici est d’avoir tout ce bon nombre de raccourcis réunit en un seul lieu, disponibles par simple clic ou à travers une petite recherche par catégories et/ou plate-forme.
Une mine d’or de plus à explorer/exploiter.

C’est par ici : http://www.keyxl.com/

You miss a single word

« Un seul verbe vous manque et… la phrase s’allonge. » Une maxime curieuse pour une curieuse tendance. Internet bruisse de mots inventés par des passionnés du français. «Pourquoi ne dit-on pas d’une fille pétulante qu’elle pétule, ou d’un verbe opportun qu’il opportune?» s’exclame l’équipe du Dictionnaire des verbes qui manquent. Née lors d’une soirée arrosée, l’interrogation existentielle de trois journalistes, un prof de philo et un graphiste a eu tôt fait de prendre vie sur un blog.

Presque chaque jour y fleurissent de nouvelles suggestions loufoques. Depuis 2009, plus de 2000 verbes ont été inventés par les auteurs et leurs fans internautes. Stéphanie Buttard, seul élément féminin du quintet, évoque «la passion pour la pâte à mots-deler». Or ces Français installés à la Réunion ne sont pas les seuls à prendre des libertés avec le Larousse.

Motivation puissante
Inventer des mots n’est pas nouveau. Rabelais, ou plus tard Lewis Caroll, ont donné leurs lettres de noblesse à cet art. Internet offre un auditoire aux particuliers qui s’y essayent. Jean-Claude Guillaume: «J’ai commencé à créer des mots-valises en rédigeant un discours humoristique pour le départ du proviseur du lycée voisin.» Ce retraité qui vit en Moselle commet à cette occasion «éraduquer». Il distille ensuite ses trouvailles sur un site. «Sans internet, et l’impression de livres numériques à l’unité, je n’aurais pas consacré autant de temps à cette activité. Etre lu au-delà du cercle familial est une puissante motivation. Avant, mes inventions se perdaient dans les dédales de mon esprit, sans profiter à qui que ce soit.»

Claire Delavallée, qui défend sur son site la langue «xyloglotte», a d’abord utilisé un support papier. Cette spécialiste en traduction automatique s’est mise à assembler les lettres de curieuse façon après un cours sur la formation des mots savants. Inspirée par le fameux «capillotracté» (tiré par les cheveux), elle commence à former des combinaisons avec des étymologies grecques et latines: «J’ai d’abord diffusé autour de moi un document papier. Le web m’a permis de partager mes trouvailles hors de mon entourage, et de recevoir de nouvelles suggestions.»

Se démarquer des autres
Almaterra, auteur du site L’Impossible dictionnaire, a attrapé le virus directement sur la Toile, «après un concours de néologismes que je n’ai pas gagné, mais c’est moi qui ai été gagné par la folie de la destructuration verbale. J’ai commencé à monter et remonter les mots avec la notice en danois…»

L’interactivité se révèle créative: «J’ai trouvé mes plus belles définitions en répondant aux commentaires du blog», note celui qui se dissimule derrière un pseudo. Resté caché lui permet de lâcher sa plume: «Peu de gens autour de moi savent que je pratique ce sport.»

A ces motivations, Alexei Prikhodkine, chargé de cours en linguistique générale à l’Université de Lausanne, rajoute la fonction identitaire: «On invente des mots pour marquer les limites de son groupe d’appartenance, se démarquer des autres. Cette volonté lexicale est plus ou moins consciente. Un exemple très médiatisé est le langage des jeunes. Beaucoup de communautés définies socialement font de même. Mais ces mots restent souvent inconnus des autres.» En Suisse, des sites recensent les particularismes locaux. Mais il semble n’y en avoir aucun qui crée des mots.

En France, certains s’amusent à tester leurs trouvailles dans la vie courante: «En général, l’interlocuteur me fait répéter. S’il a l’esprit joueur, il essaie de retrouver le sens. Les réactions vont de la perplexité navrée à la franche rigolade», note Claire Delavallée. Des audaces aux succès divers: «Ce qui compte, c’est le traitement social fait aux innovations, note Alexei Prikhodkine.
A ce jeu, «capillotracté» ou «capilotracté» – attribué à Pierre Desproges – fait figure de best-seller. Il possède même son groupe Facebook.

(Source : 24heures)

Carte de visite virtuelle

Si comme moi, ton identité virtuelle est difficilement « regroupable » en un seul lien, si tu te retrouves souvent à devoir donner plusieurs adresses url, si tu trouves que tout ça manque d’organisation et nuit à ta lisibilité :  j’ai trouvé la solution pour toi.

Card.ly te propose d’éditer, en deux temps trois mouvements une carte de visite virtuelle.

Plus besoin de préciser séparément ton adresse mail, le lien vers ton blog, ton Facebook, ton Twitter ou le(s) site(s) pour le(s)quel(s) tu bosses : Card.ly synthétise tout en une chatoyante petite page toute mignonne, où tes informations sont regroupées.

Clique sur l’image pour accéder au site.

Convertissez vos fichiers PDF au format MS Word

Il vous est déjà certainement arrivé d’avoir besoin de modifier un document PDF et de vous sentir un peu démuni face à ce problème …

La solution : convertir le PDF au format MS Word (.doc) afin de pouvoir y apporter les modifications souhaitées (vous pourrez toujours le reconvertir en PDF ensuite …).

PDFtoWord, vous propose de réaliser (en ligne) cette opération. Le fonctionnement est des plus simple : vous transférez le fichier PDF à convertir sur les serveurs de PDFtoWord, vous mentionnez votre adresse email et quelques minutes plus tard vous recevrez par mail le fichier converti au format Word ! La qualité de conversion est impressionnante : même sur des documents assez complexes le résultat est parfait !

IMPORTANT : le mail que vous allez recevoir indiquera que la conversion n’a pas pu être réalisée (“[PDF to Word] n’a pas pu convertir …“). N’en tenez pas compte : le fichier converti est bien attaché au mail !

IMPORTANT(2) : comme pour tout service en ligne évitez de transmettre, en vue de leur conversion, des fichiers confidentiels, on ne sait jamais …

PDFtoWord c’est ICI

Vos photos en 3D et sans lunettes

Réaliser des photos 3D visualisables sans lunettes à l’aide de votre appareil photo habituel c’est désormais possible grâce au site Start3D.com

L’opération est des plus simples : il suffit de réaliser 2 clichés (œil gauche puis œil droit) espacés de 3 pouces (7,62 cm pour être précise …) d’uploader ensuite ces images sur Start3D qui va calculer en quelques secondes une image.

Pour le moment le site est en version bêta et donc totalement gratuit. A l’avenir des restrictions vont apparaître. A tester rapidement !

Créer un livre au format PDF avec Wikipédia

Wikipedia est la ressource en ligne la plus utilisée pour la recherche d’informations de tout genre.

Est-ce sa facilité d’utilisation, ou peut-être la grande quantité d’informations contenues dans ses pages qui en fait l’encyclopédie libre par excellence. Quoi qu’il en soit, c’est un service très pratique et en pleine croissance.

Wikipédia propose, parmi ses caractéristiques, la possibilité d’exporter des pages au format PDF et de créer un livre. En effet, le besoin d’apporter son propre matériel et de le visualiser hors ligne soit sur des appareils portables tels que les smartphones, soit sur un ordinateur portable, et ainsi d’avoir tout le contenu dans un document unique, font que cet instrument pourrait se révéler très utile pour un grand nombre d’utilisateurs.

Pour créer un livre PDF à partir de Wikipedia que quelques étapes sont nécessaires et le processus est simple même pour les novices en informatique. Rendez-vous  à la page Wikipedia pour « Créer un livre ».

À ce stade, vous aurez un outil pratique qui vous permet d’ajouter une à la fois, les pages que vous voulez pour créer votre propre livre : il suffit de cliquer sur « Ajouter cette page à votre livre. » Une fois terminée la recherche nécessaire de votre matériel, il suffira de cliquer sur « montre le livre », puis d’insérer un titre et un sous-titre et ensuite de générer des fichiers PDF.