Miracles du virtuel

Autopsie sans disséquer le cadavre ?

Conserver un cadavre dans un fichier informatique est désormais possible. Du moins à l’Institut médico-légal de l’Université de Berne, qui s’est doté d’un robot capable de numériser les corps, de l’intérieur comme de l’extérieur!

Son laboratoire, baptisé «Virtopsy» – pour virtual autopsy ou autopsie virtuelle –, est spécialisé dans le développement de nouvelles techniques de relevé d’empreintes légales sur les cadavres. Il pratique des examens post mortem évitant la dissection des cadavres, en s’appuyant sur des technologies d’imagerie médicale à haute résolution: imagerie par résonance magnétique (IRM) et tomodensitométrie (TDM).

Grâce à son robot, Virtobot, l’équipe du professeur Michael Thali et les médecins légistes peuvent également disposer d’une image extrêmement précise du corps et de la texture de la peau du cadavre. Ils peuvent ainsi en examiner l’extérieur ainsi que l’intérieur sous tous les angles, depuis l’écran d’un ordinateur.

Par ailleurs, l’association de techniques d’imagerie médicale, de navigation chirurgicale et de robotique constitue une première dans la mesure où elle permet la conservation numérique des corps. Il devient ainsi possible de procéder à une nouvelle autopsie après plusieurs années, lorsqu’un élément nouveau apparaît dans une enquête non résolue. Ce projet émane du Pôle national de recherche «Co-Me».

(Source : 24heures)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s