Personal branding : deuxième partie

Aujourd’hui, dans notre quête éperdue et passionnée de notre « profil de marque » apprenons grâce à l’article intitulé : « Qu’est-ce qu’un leader ? » (je mets le lien parce que je ne veux pas que vous pensiez que j’invente).

Oui, je sais, on va m’accuser de m’acharner sur Pascale. Mais d’abord quand on crée un site web on s’expose publiquement – y compris à la critique – et il faut bien l’assumer. Et à plus forte raison quand on y propage des âneries intellectuelles, des approximations et des non-sens dans un but commercial (parce qu’évidemment, elle nous vend des stages de personal branding).

Revenons à notre sujet, le leader. Ca va être in extenso mais ça mérite.

 « Du point de vue du Personal Branding, un leader est avant tout une personne qui a des qualités humaines, ainsi qu’une bonne connaissance du fonctionnement des êtres humains.
C’est quelqu’un qui sait parfaitement conduire ses collaborateurs sans ordonner, sans leur donner des ordres.
Il sait susciter l’envie d’agir, ainsi que la participation des personnes avec qui il travaille. Et il a la faculté de rendre les gens heureux de faire ce qu’il leur demande.
Lorsqu’il parle, il s’adresse avant tout à la personne qu’il a en face de lui. Et il sait adapter son discours à ses interlocuteurs. »

Et maintenant, pensons à quelqu’un qui fut en son temps un leader : Adolf Hitler.

Du coup, la phrase : « il a la faculté de rendre les gens heureux de faire ce qu’il leur demande » prend une connotation irrésistiblement jubilatoire. Mais pourquoi pas, ça reste acceptable. Passons à la suite des caractéristiques du leader :

Il est à l’aise devant un auditoire et il s’intéresse sincèrement aux autres. Tant qu’ils sont blonds et grands.
Il est humble et généreux. Mouais… pas convaincue que ce soit la caractéristique première du leader.
Il a confiance en lui. Ou il est cinglé.
Il est authentique et sincère. Oui, c’est ce que je dis : il est cinglé.
Il a du succès tant dans sa vie professionnelle que personnelle. Ah Eva…
Il a de l’humour et déborde de joie de vivre. Ou alors il aime les chiens. C’est l’un ou l’autre.
Il ne vit pas dans le passé, car il a su tirer profit des expériences qu’il a vécues et cherche toujours le bénéfice qu’il peut retirer d’une situation. Tout à fait. Prenez une petite annexion des sudètes et tirez-en profit.
Mais surtout : « Pour lui, tout est possible, si on s’en donne la peine. » Bah oui, ça Adolf il l’avait bien compris.

Evidemment, j’utilise un procédé que Pascale va trouver hautement malhonnête. Mais d’abord, ça me fait rire. Et par ailleurs, c’est très révélateur d’un certain état d’esprit que l’idée de « leader » soit forcément associée à une sphère positive. Etre le leader, c’est bien. Pourquoi, pour en faire quoi, ce sont des détails.

Mais le pire sur ce site, ce n’est même pas ce dégoulinant étalage de clichés sirupeux – sirupeux en apparence seulement puisqu’en réalité ils font appel à une idéologie odieusement agressive. Derrière le « soyez souriant, usez de vos qualités » il y a un relent de « soyez plus fort que les autres ». Non, le pire c’est qu’elle pense penser. Pascale pense qu’elle a pensé, ou du moins synthétisé quelque chose. Elle doit être convaincue que ça tient intellectuellement la route, ce marketing de l’individu comme une brosse à dent, saupoudrée d’une vague dosette de boudhisme.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s